Newsletter n° 2 | juin-juillet 2019


A LA UNE


Cette deuxième newsletter, en plein été, est l’occasion de souhaiter à tous d’excellentes vacances après une année bien remplie !

Nous reviendrons dans cette édition sur l’un des évènements de la vie du laboratoire en cette fin d’année universitaire : les Journées Scientifiques d’été du LIS, les 13 et 14 juin 2019, avec une participation de plus de 150 membres du laboratoire pour la première édition se déroulant sur 2 jours dans le cadre du centre Vacanciel de Carry-le-Rouet.

Cette newsletter est aussi l’occasion de continuer les portraits de chercheurs du laboratoire, de mettre en lumière des activités de dissémination scientifique de nos collègues, soit auprès du grand public, soit auprès du monde scolaire, et enfin de faire un focus sur les activités de valorisation de la recherche au LIS à travers la startup WitMonki laureate du concours CNRS i-Lab 2019.

Bon été à tous !

  •  

FOCUS VIE DU LABORATOIRE


Les Journées Scientifiques d’été du LIS à Carry-le-Rouet

Les 13 et 14 juin 2019 ont eu lieu les Journées Scientifiques d’été du LIS à Carry-le-Rouet. Ces journées sont l’occasion de se retrouver tous dans un cadre convivial, de présenter à l’ensemble des membres du laboratoire des exposés scientifiques représentatifs de l’activité du LIS, de faire le point sur les projets partenariaux dans lesquels le laboratoire est impliqué, et de revenir sur l’année écoulée en échangeant et débattant sur différents points liés à la vie au laboratoire.

Cette années ces journées se sont déroulées sur deux jours au centre Vacanciel de Carry-le-Rouet, en bord de mer, et ont rassemblé plus de 150 membres du LIS. Le programme de ces deux jours s’est organisé autour de 5 sessions :

  • Une session « vie du laboratoire » faisant le bilan de l’année écoulée et abordant différents points de la vie au LIS avec un focus cette année sur les thèmes de la parité femme-homme au laboratoire et la valorisation des activités scientifiques des chercheurs.
  • Une session « doctorant », donnant carte blanche aux doctorants du LIS pour animer sous une forme conviviale une session autour de leur thématique de recherche et de leur vie de doctorant au sein du laboratoire. Cette année cette session s’est déroulée autour d’un « quizz » ludique et d’un jeu « ma thèse en 1 image sur 1 t-shirt ».
  • Une session « projets collaboratifs » dans laquelle 10 projets (Europe, ANR, industriels) en cours au LIS ont été présentés par leurs porteurs.
  • Une session scientifique « thématique ». Cette année le thème choisi a été « LIS & Santé » à travers 4 présentations :
    • Jean-Marc Mercantini « Modèle conceptuel et formel des comportements des nouveau-nés en détresse respiratoire » 
    •  Adeline Paiement « A new measure for heart function assessment based on motion modelling”
    • Haddi Zouhair « Comment rendre la détection de l’arythmie cardiaque la plus fréquente à la portée de tout le monde ? »Marc-Emmanuel Bellemare « Imagerie médicale : du diagnostic à l’intervention « où en sommes-nous ? »
  • Une session scientifique générale articulée autour de 3 présentations illustrant le caractère interdisciplinaire des recherches menées au LIS entre informatique et physique pour l’informatique quantique, biologie pour la modélisation du développement des cellules et linguistique autour du problème de l’accès lexical :
    • Pablo Arrighi «Quantum cellular automata, computability and universality»
    • Paul Villoutreix «Quelle est la fonction de la forme? Une approche dérivée des données en biologie du développement»
    • Mickael Zock «Bordel, c’est quoi encore le nom de ce président russe, ou comment vaincre le problème du mot sur le bout de la langue?»

FOCUS DISSEMINATION SCIENTIFIQUE


De Vinci : génie malgré lui – émission France Culture Léonard de Vinci

Le 2 mai 1519, disparaissait Léonard de Vinci au château du Clos Lucé. Cinq siècles plus tard, de nombreux historiens des sciences continuent de s’interroger sur l’importance scientifique de ses croquis représentant pour certains des inventions nouvelles comme le parachute, le roulement à bille, la lentille de contact ou encore l’automobile.


L’auteur de la Joconde, c’est-à-dire, du tableau le plus célèbre au monde aurait-il été également un génie précurseur ? L’extraordinaire pouvoir évocateur de ses dessins qu’il immortalisa jour après jour dans ses « codex » (petits carnets) suffit-il à faire de lui un « grand savant » ?


La question fait débat aujourd’hui encore. Ce qui a, semble-t-il, contribué au « mythe de Léonard de Vinci » est tout d’abord une très grande méconnaissance du Moyen Age par la plupart de nos contemporains qui qualifient à tort cette période d’obscurantisme. Ainsi, Léonard est apparu comme une lumière au milieu de ces ténèbres alors qu’il fut en réalité l’héritier d’une tradition scientifique qui remonte à l’Antiquité Grecque. Ensuite, Léonard a bénéficié de l’effet Matthew en science. D’après l’évangile selon Saint Mathieu « on ne prêt qu’aux riches ». Léonard s’est vu attribué toutes sortes d’inventions dont il n’était pas l’auteur et qui ont contribué à accroître sa notoriété.


Alors Léonard fut-il un génie malgré lui ? Pour en savoir plus je vous invite à écouter l’émission enregistrée sur France Culture :

A ECOUTER : https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/de-vinci-genie-malgre-lui

Contact : Jean-Marc Ginoux – équipe SIIM


FOCUS DOCTORANTE


Farah Cherfaoui, une « chercheuse en classe »

Farah Cherfaoui, doctorante au LIS au sein de l’équipe QARMA, participe au projet « Chercheur.se en classe » conçu par la cellule de culture scientifique d’Aix-Marseille Université. L’objectif de ce projet est de faire découvrir la recherche en train de se faire aux collégiens et lycéens des Bouches-Du-Rhône grâce à la rencontre avec un jeune chercheur. Il vise à susciter l’intérêt des jeunes pour la science en favorisant leur orientation vers les filières de formation scientifique et technologique.

C’est dans ce contexte que Farah est intervenu dans un collège de Marseille au mois de juin 2019 :


« Le but de l’expérience chercheur en classe est d’aller à la rencontre des élèves Marseillais afin de leur présenter le métier de chercheur. Je me suis donc rendu le 3 juin 2019 au collège Grande Bastide, au 9eme arrondissement de Marseille. Pendant une demi-journée, j’ai rencontré des élèves de trois classes de 3eme et d’une classe de 4eme.


Je leur ai proposé la problématique de reconnaissance faciale. Ils ont réfléchi à plusieurs algorithmes de reconnaissance faciale, ils les ont évalués, puis en ont choisi un pour le présenter à travers une petite conférence. Je les ai bien sûr aidés. Les élèves pouvaient ensuite me poser des questions sur mon parcours, mes recherches, et sur la vie dans un laboratoire. A travers cette petite expérience, les élèves se sont mis dans la peau d’un chercheur le temps d’une demi-journée. Ils ont pu avoir une idée de ce qu’est réellement le métier de chercheur, ainsi que les parcours possibles afin d’en devenir un ».


FOCUS CHERCHEUSE


Francesca Chittaro, à l’intersection de la physique, la chimie, les mathématiques et l’ingénierie


Diplômée en physique théorique à l’université de Trieste (Italie), Francesca Chittaro a soutenu une thèse en mathématiques appliquées à la SISSA de Trieste, sous la direction de Andrei Agrachev. « J’ai ensuite entamé la carrière du chercheur errant, en effectuant un premier post-doc de deux années à l’université de Florence, dans le groupe de recherche de Gianna Stefani, puis un deuxième post-doc de deux années entre le L2S et le CMAP de l’École Polytechnique, et, enfin, un service d’ATER au LSIS à Toulon » explique Francesca Chittaro. Devenue en 2012 maître des conférences en automatique à l’UTLN, au sein du LSIS puis du LIS, elle a soutenu son HDR en mathématiques appliquées en décembre 2018.

Francesca Chittaro a orienté son projet de recherche sur le contrôle quantique. Comme le nom le suggère, le contrôle quantique traite du contrôle des systèmes à l’échelle atomique et moléculaire, dont la dynamique est décrite par les lois de la physique quantique. Il s’agit d’un champ de recherche très vaste, en plein essor, à l’intersection de quatre disciplines (physique, chimie, mathématiques et ingénierie). Dans le champ des mathématiques appliquées, en plus des problèmes de nature typiquement théoriques, comme, par exemple, tout ce qui concerne la contrôlabilité des systèmes quantiques dans les contextes les plus complexes (dimension infinie, opérateurs non-bornés, spectre continu…), il existe également toute une série de problèmes issus du développement des expériences (nouvelles techniques, accroissement de la précision) qui nécessitent des modèles et des calculs de plus en plus précis.

Contact : Francesca Chittaro – équipe Contrôle et Diagnostic pour l’Environnement


FOCUS VALORISATION


 La startup WitMonki laureate du concours CNRS i-Lab 2019

La valorisation des recherches effectuées au LSIS s’est traduite, ces dernières années, par une nette augmentation des contrats industriels, par une forte implication dans plusieurs pôles de compétitivité et par son rattachement à un Instituts Carnot. Les recherches des membres du LIS mènent aussi à des technologies transférables pour accompagner l’innovation des entreprises (licences logicielles, brevets, dispositifs sur mesure, etc.) voire permettre la création de « start-ups ».


Le LIS a été ces dernières années à l’origine de la création de quatre Startup. ANAPIX https://anapix-medical.com Keex https://keeex.me Led’S Tchat https://leds-chat.com et WitMonki http://witmonki.com

Witmonki a été Lauréat en 2017 du prix de l’innovation thérapeutique de la fondation Béatrice Denys et en 2019 lauréat des prix concours I-LAB (500 projets déposés et 75 lauréats soit 15% de taux de succès).


WitMonki est une startup dans le domaine de la e-santé composée de médecins, d’ingénieurs et de chercheurs basés à Marseille. Elle a été créée par des chercheurs du LIS, de l’IM2NP et du C2VN. WitMonki a développé un circuit intégré, une intelligence artificielle et un système de sécurisation des données propriétaires répondant aux 3 principales attentes des professionnels de santé dans le domaine des maladies cardiovasculaires : le dépistage de masse, l’aide au diagnostic et le suivi de longue durée. 

 

Parmi ses produits phares la WitCard est une carte ultra-miniaturisée qui mesure et enregistre des électrocardiogrammes (ECG) ponctuels et permet un suivi quotidien des troubles cardiovasculaires. La mesure de l’ECG est réalisée par le patient en quelques secondes seulement par une simple apposition des pouces et index sur les électrodes de la WitCard. Le signal ECG est automatiquement enregistré et analysé sur la carte qui peut en contenir plus de 100.


INFORMATIONS DIVERSES


  • Le LIS souhaite la bienvenue à deux nouveaux membres des services administratifs sur le site de Luminy : Nelly Sammut (AMU) et Patricia Georgeon (CNRS)

  • La campagne d’emploi 2019 s’est terminée avec 5 nouveaux recrutements d’enseignant-chercheur pour le LIS : 1 PR 27 (équipe COALA) et 1 MCF 27 (équipe TALEP) à la faculté des Sciences ; 1 MCF 61 (équipe I&M) et 1 MCF 27 (équipe ACRO) à l’IUT ; 1 PR 27 (équipe COALA) à Polytech

  • Le LIS a obtenu 5 contrats doctoraux à l’école doctorale ED184 ainsi que 2 bourses région

  • L’institut Archimède Mathématiques-Informatique, regroupant le LIS, l’I2M, le CPT et le CIRM a été officiellement créé par le CA d’AMU du mois de juin 2019

  • Quatre projets ANR avec le LIS comme coordinateur ou partenaire ont été retenus à l’issue de la phase 2 de sélection de l’appel générique 2019